Travail occasionnel : Le dispositif indigeste du Gouvernement fédéral doit être retiré du projet de loi de relance

Le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, a réclamé mercredi matin, en Comité de concertation, le retrait pur et simple du dispositif des 500 euros mensuels exonérés de charges sociales et fiscales pour le travail occasionnel. Ce retrait est un « préalable à toute concertation future » sur ce projet.

 

Le dispositif, intégré dans l’avant-projet de loi de relance économique du Gouvernement fédéral, touche de plein fouet des secteurs de la FWB, dont le non-marchand. Les entités fédérées n’ont pourtant jamais été consultées.

 

« C’est un produit typique d’un gouvernement de droite ‘plus plus’ ! Le Premier ministre s’obstine à vouloir le faire voter en l’état malgré les cartons rouges que lui ont adressés l’ensemble des partenaires sociaux, des syndicats jusqu’aux patrons. C’est du mépris pour les travailleurs », commente Rudy Demotte.

 

Le Ministre-Président a obtenu du Comité de concertation la mise sur pied d’un groupe de travail qui rassemblera, jeudi, l’ensemble des ministres compétents.

 

« Mais nous ne nous contenterons pas de promesses futiles ni d’une écoute distraite à nos revendications. Que ça soit clair : soit le dispositif est retiré de la loi pour permettre une concertation, soit nous irons au clash et au conflit d’intérêts. Ce retrait est un préalable non-négociable. »