Télétravail : plus souple et plus accessible au plus grand nombre en Fédération Wallonie-Bruxelles !

Sur proposition d’André Flahaut, Ministre du Budget, de la Fonction publique et de la Simplification administrative, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté a adopté en première lecture ce 5 juillet un projet d’arrêté visant à rendre le télétravail plus accessible et la procédure d’octroi plus souple au sein du Ministère de la Communauté française.

Les conditions pour pouvoir bénéficier du télétravail ont en effet été assouplies :

  • la condition pour accéder au télétravail est ramenée à 6 mois d’ancienneté au lieu de 2 ans ;
  • le télétravail sera désormais possible pour les membres du personnel travaillant à temps partiel à 80 % minimum tout en garantissant une présence dans son service de 3 jours au moins par semaine ;

Au rang des principales avancées, il sera par exemple désormais possible aux membres du personnel d’introduire leur première demande tout au long de l’année.

Une première autorisation sera accordée pour un an par le Comité de direction. Le renouvellement est ensuite accordé pour une durée indéterminée.

Citons également l’instauration d’un régime transitoire : le télétravailleur autorisé poursuivra son télétravail jusqu’à la fin de son autorisation en cours et devra procéder à un renouvellement selon les modalités du nouvel arrêté, avant d’obtenir une autorisation à durée indéterminée. Pour le reste, il bénéficiera des conditions plus favorables du nouvel arrêté.

Ces mesures positives font suite au rapport d’évaluation de la procédure qui a été réalisée par la Ministère de la Communauté française. Ce dernier a formulé des propositions d’adaptation du régime règlementaire tout en préservant un encadrement raisonnable et rigoureux.

Ce rapport d’évaluation concluait en particulier à un besoin de simplification des procédures et d’augmentation de la flexibilité.

Le Ministre André Flahaut est heureux d’insuffler ces avancées qui favorisent le bien-être au travail et permettent à un plus grand nombre de fonctionnaires de mieux concilier la vie professionnelle et la vie privée.