Mobilité renforcée pour les étudiants : passerelles en hausse entre les différents cursus et filières de l’enseignement supérieur

Sur proposition de l’ARES, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé ce mercredi 30 août un arrêté qui définit, pour les étudiants porteurs d’un grade académique de premier cycle de type court, les conditions d’accès aux études de deuxième cycle.

L'adoption de cet arrêté s'inscrit pleinement dans la dynamique du décret Paysage qui a profondément modifié la construction du programme de l'étudiant. Pour rappel, inscrit dans une filière de type long (Bachelier + Master), le décret autorise déjà l’étudiant qui le souhaite à se projeter dans un deuxième cycle de son choix, moyennant parfois quelques cours complémentaires. Cependant, les passerelles pour les études de type court devaient être balisées dans un arrêté du Gouvernement.

La décision du jour vise ainsi à assurer la mobilité des étudiants en terme de réorientation tout en facilitant le travail des jurys d’admission. En effet, moyennant un nombre de crédits complémentaires qui varie entre 15 et 60 crédits selon les cursus, les étudiants qui le souhaitent bénéficient désormais d’un droit à poursuivre leurs études et à s’inscrire dans un Master universitaire.

Le Vice-Président du Gouvernement, Ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt souligne l’importance du texte adopté ce jour. "Cette mesure est un véritable passeport pour la mobilité des étudiants qui souhaitent passer d'un établissement à un autre. Elle renforce le champ des possibles dans la réorientation. J’ai toujours souhaité permettre à l'étudiant d'envisager de découvrir des savoirs complémentaires sans devoir repasser par la case départ. L’important est dès lors  d’affiner le cadre légal qui permet de valoriser les savoirs déjà acquis et ainsi mieux articuler le passage entre établissements et filières.