Enfants roms : Rudy Demotte et Rachid Madrane interpellent Théo Francken pour manquements graves aux Droits de l’Enfant

Rudy Demotte, Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles en charge de Droits de l’Enfant et Rachid Madrane, Ministre de l’Aide à la Jeunesse, ont adressé ce vendredi une missive au Secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Théo Francken.

 En effet, les deux Ministres socialistes sont inquiets du sort des 11 enfants Roms chassés avec leur famille sans raison apparente, du centre d’accueil pour réfugiés qui les hébergeait et qui sont désormais contraints de dormir dans la rue. Rudy Demotte et Rachid Madrane s’étonnent qu’aucune solution n’ait pu être trouvée depuis près d’un mois.

Si ces enfants et leurs familles ne peuvent pas légalement être considérés par la Belgique comme des demandeurs d’asile, ils n’en sont pas moins des êtres humains réfugiés dans notre pays pour fuir des persécutions.

Dans le courrier qu’ils ont adressé au Secrétaire d’Etat, Rachid Madrane et Rudy Demotte rappellent que la Belgique est signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant. De ce fait, elle se doit de respecter ses obligations internationales et son engagement politique et moral à garantir à chaque enfant de passage sur notre territoire, le droit à des conditions de vie décentes et à l’épanouissement.

Dans son article 22-, la Convention impose aux Etats parties de prendre « les mesures appropriées pour qu’un enfant qui cherche à obtenir le statut de réfugié […] bénéficie de la protection et de l’assistance humanitaire voulues pour lui permettre de jouir des droits que lui reconnaissent [la convention] […] ».

Parmi ces droits de l’enfant figurent le droit au logement, à des soins, ou encore à l’éducation et à la participation citoyenne.

« Nous souhaitons que le Gouvernement fédéral prenne d’urgence ses responsabilités face à ces situations humanitaires intenables en tenant compte du prescrit de la Convention internationale des droits de l’enfant. Un logement temporaire doit pouvoir être offert à ces familles sans délai », réclament-ils de concert.

Au-delà de cette urgence, les Ministres ont manifesté leur disponibilité pour qu’une concertation soit entamée rapidement par l’Etat fédéral avec les Régions et les Communautés sur la problématique du respect des droits de l’enfant dans le cadre de l’accueil des réfugiés et des demandeurs d’asile, convaincus que chaque entité peut, dans le cadre de ses compétences et de ses contraintes budgétaires, contribuer à une politique intégrée assurant la protection de ces enfants et le respect de leurs droits fondamentaux dans toutes leurs dimensions.