Ajustement du budget 2015 : nous préservons l’emploi et les servies rendus aux Wallons et Bruxellois

Le budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles dépend essentiellement des recettes perçues par l’Etat fédéral (TVA, etc.). Ces recettes varient en fonction de paramètre comme par exemple celui de la croissance.

Ces paramètres évoluent de mois en mois. Il est donc important de faire un contrôle budgétaire pour adapter notre budget à la réalité.

Le Gouvernement de la Fédération clôture son ajustement budgétaire 2015

Ce mardi 28 avril 2015, le Gouvernement de la Fédération Wallonie – Bruxelles a clôturé son ajustement budgétaire 2015.

Rappel du budget initial 2015

Le budget initial 2015 prévoyait un déficit de 170 millions € sur un budget global de près de 10 milliards €, déficit du essentiellement à l’effort global d’assainissement prévu dans la sixième réforme de l’Etat.

Des mesures de réduction de déficit avaient été identifiées afin de permettre au Gouvernement de viser un retour progressif à l’équilibre en 2018.

Ces mesures évaluées à 140 mios €  avaient été minutieusement sélectionnées afin de ne pas impacter les citoyens en rabotant les services rendus (crèches, culture, sport, etc.) ainsi que le personnel qui représente environ 80% de nos dépenses. Les capacités d’économie de la FWB sont donc très ténues.

Le Gouvernement  a pris et continue à prendre ses responsabilités

En effet, l’une des premières préoccupations du Gouvernement a été de « monitorer » l’exécution de l’ensemble des mesures  de réduction du déficit budgétaire sur lequel les ministres s’étaient accordés, en octobre dernier,  au sein de leurs départements respectifs.

Le gouvernement a pris ses responsabilités puisque l’objectif d’effort de  140 millions a été complètement atteint.   

Pour rappel, la participation de la Fédération à l’effort d’assainissement budgétaire s’élève à 136 mios € pour 2015.

 

Eléments qui influencent l’ajustement budgétaire (en milliers d’€)

Recettes institutionnelles (revues en février sur 1% de croissance et 0 %  d’inflation alors qu’à l’initial la base de travail était de 1,5% de croissance et  1,3% d’inflation) 

-215.000

 Vaccins et divers

-12.000

 

-227.000

 

 

Maitrise et monitoring des dépenses

-107.300

dont provision index

89.000

dégradation nette totale liée aux paramètres

-119.700

Corrections techniques SEC

24.500

Corrections recettes 

 

1,2% croissance

14.000

0,2% inflation

6.000

Total correction 

20.000

écart net après corrections 

-75.200 

Décisions conclave 

 

dette

2.000

Recette des équivalences

2300

litige

-10.500

Total

-6.200

Ecart entre l’initial et l’ajusté

81400

Solde de l’ajusté

-251.400

Déficit autorisé par le Conseil supérieur des finances

-185.600

Ecart entre le solde de l’ajustement et le déficit autorisé par le CSF

65.800

   

   Soit 0,66% des dépenses du budget

 

Conclusions

Alors qu’au niveau fédéral, les mesures du Gouvernement touchent de plein fouet les classes moyennes et les catégories les plus vulnérables de la population (pensionnés,  jeunes, fins de carrière,…), le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles met tout en œuvre pour épargner les citoyens tout en réduisant ses dépenses de fonctionnement et en optimalisant sa gouvernance de manière responsable. Il veille ainsi ne pas prendre des mesures qui mettraient en danger l’emploi et les services rendus à la collectivité.

Le Gouvernement défend un projet de société centré sur le renforcement du bien-être des Wallons et des Bruxellois.

Image: